Guillaume Apollinaire. Vertaling van Frans in Afrikaans

 

Guillaume Apollinaire (1880-1918). Vertaling van Frans in Afrikaans. Vert. deur Waldemar Gouws

 

Sugte van die kanonnier van Dakar

 

Dis in die loopgraaf se houthut versluier onder wilgertakke

Na aan grys kanonne gedraai na die noorde

dat ek droom van die Afrika-dorp

Waar ons gedans het waar ons gesing het waar ons seks gehad het

En lang diskoerse

Verhewe en vreugdevol

 

Ek sien weer my pa wat geveg het

Teen die Asjanti’s

In diens van die Engelse

Ek sien weer my suster met die gekke gelag

Met harde borste soos kanonkoeëls

Ek sien weer

My ma die towenares die enigste in die dorpie

Wat sout versmaai het

                Sy maal grasgraan in ‘n vysel

Ek onthou van die so delikate so ontstellende

Fetisj in die boom

En die dubbele fetisj van vrugbaarheid

Naderhand ‘n afgekapte kop

Aan die rand van ‘n moeras

O bleekheid van my vyand

Dit was ‘n silwer kop

En in die vlei

            Was die maan wat glim

Was dus ‘n silwer kop

Daar bo was die maan wat gedans het

Was dus ‘n silwer kop

En ek in die skuilplek was onsigbaar

 

Dus was dit ‘n kop van ‘n swarte in die diep nag

Ooreenkomste Bleektes

En my suster

Agter ‘n skutter aan later

Dood by Arras

 

As ek my ouderdom wou weet

Was dit nodig om daarvoor te vra by die biskop

So gaaf so gaaf met my ma

Botter botter met my suster

Dit was in ‘n hutjie

Minder primitief as ons kanonniershut in die loopgraaf

Ek het geweet van skuilplek aan die rand van die moeras

Waar die kameelperd drink bene wyd gesprei

Ek het die afgryslikheid geken van die vyand wat verwoes

Dorp

Vroue verkrag

Meisies wegvat

En seuns wie se harde agterente opspring

Ek het die administrateur weke lank gedra

Van dorp na dorp

Terwyl ek neurie

En ek was bediende in Parys

Ek weet nie wat my ouderdom is nie

Maar met rekrutering

Het hulle my twintig jaar gegee

Ek is ‘n Franse soldaat eensklaps wit gemaak

Sektor 59 ek kan nie sê waar nie

Waarom juis is wit wees beter as swart wees

Waarom nie dans en redekawel

Eet en dan gaan slaap nie

En ons skiet na die voorrade van die boche

Of na die drade voor die latte

In ‘n storm van metaal

Ek onthou ‘n skrikwekkende meer

En paartjies vasgeketting deur ‘n gruwelike liefde

‘n Nag van stommiteit

‘n Nag van heksery

Soos vannag

Waar soveel verskriklike kyke

Ontplof in die pragtige lug

 

***

 

Les soupirs du servant de Dakar

 

C’est dans la cagnat en rondins voilés d’osier

Auprès des canons gris tournés vers le nord

                        Que je songe au village africain

Où l’on dansait où l’on chantait où l’on faisait l’amour

                        Et de longs discours

                                    Nobles et joyeux

 

                                    Je revois mon père qui se battit

                        Contre les Achantis

                        Au service des Anglais

Je revois ma sœur au rire en folie

                                    Aux seins durs comme des obus

                                                           Et je revois

                        Ma mère la sorcière qui seule du village

                                                           Méprisait le sel

                        Piler le millet dans un mortier

                        Je me souviens du si délicat si inquiétant

                        Fétiche dans l’arbre

                        Et du double fétiche de la fécondité

                        Plus tard une tête coupée

                        Au bord d’un marécage

                        O pâleur de mon ennemi

                        C’était une tête d’argent

                        Et dans le marais

                        C’était la lune qui luisait

                        C’était donc une tête d’argent

                        Là-haut c’était la lune qui dansait

                        C’était donc une tête d’argent

                        Et mois dans l’antre j’étais invisible

 

C’était donc une tête de nègre dans la nuit profonde

                        Similitudes Pâleurs

                        Et ma sœur

                        Suivit plus tard un tirailleur

                                    Mort à Arras

 

            Si je voulais savoir mon âge

                        Il faudrait le demander à l’évêque

                        Si doux si doux avec ma mère

                        De beurre de beurre avec ma sœur

                        C’était dans une petite cabane

Moins sauvage que notre cagnat de canonniers-servants

            J’ai connu l’affût au bord des marécages

            Où la girafe boit les jambes écartées

J’ai connu l’horreur de l’ennemi qui dévaste

                                                           Le Village

                                               Viole les femmes

                                               Emmène les filles

Et les garҫons dont la croupe dure sursaute

J’ai porté l’administrateur des semaines

                        De village en village

                          En chantonnant

                                   Et je fus domestique à Paris

                                               Je ne sais pas mon âge

                                               Mais au recrutement

                                               On m’a donné vingt ans

            Je suis soldat franҫais on m’a blanchi du coup

            Secteur 59 je ne peux pas dire où

Pourquoi donc être blanc est-ce mieux qu’être noir

            Pourquoi ne pas danser et discourir

                                               Manger et puis dormir

            Et nous tirons sur les ravitaillements boches

            Ou sur les fils de fer devant les bobosses

            Sous la tempête métallique

                        Je me souviens d’un lac affreux

            Et de couples enchaînês par un atroce amour

                                                           Une nuit folle

                        Une nuit de sorcellerie          

                        Comme cette nuit-ci

                        Où tant d’affreux regards

                        Éclatent dans le ciel splendide

 

Uit: Apollinaire, Guillaume. 1918. Calligrammes. Poèmes de la Paix et de la Guerre (1913-1916) Paris: Mercure de France.

 

https://fr.wikisource.org/wiki/Calligrammes/Les_Soupirs_du_servant_de_Dakar

Bookmark and Share

Comments are closed.